Ariane Crovisier

Mains posées sur la glaise, je regarde, j’effleure, je creuse, je retourne la masse. Je joue avec le plaisir de son contact doux, humide…
Chaque fois, une nouvelle histoire s’initie, qui ne cesse de s’écrire jusqu’au temps où la forme née du mouvement des mains se durcit, s’achève.
Le volume fini, désormais poursuit son chemin dans le regard singulier du spectateur.

A.Crovisier

le site

Please follow and like us:

2 réponses

  1. Mimiblue dit :

    On sent effectivement la sensualité du toucher de l’artiste…. C’est sans aucun doute ce qui motive, chez le public, l’envie irrépressible de caresser les sculptures. Tu ne crois pas ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.