Art Brut à la Halle Saint Pierre à Paris

Le terme d’Art Brut a été inventé en 1945par le peintre français Jean Dubuffet.

Il regroupe des productions réalisées par des non-professionnels de l’art, , œuvrant en dehors des normes esthétiques convenues (pensionnaires d’asiles psychiatriques, autodidactes isolés, médiums, etc.)

source wikipédia

Jusqu’au 22 août 2014, l’Art Brut s’installe à la Halle Saint Pierre pour l’exposition Raw Vision.

Pour le 25ème anniversaire de la revue d’art anglo-saxonne Raw Vision fondée en 1989, la Halle Saint Pierre présente au public une exposition-événement pour laquelle elle a réuni les peintures, sculptures et autres installations, de 80 artistes issus de tous les horizons et continents. Découvrez les mines de crayons sculptées de Dalton Ghetti, les broderies avec des fils de chaussettes de Ray Materson, et de nombreuses autres oeuvres.

Raymond Materson est un artiste au parcours particulier : cet autodidacte s’est mis à la broderie alors qu’il purgeait une peine de prison de 15 ans.

Pendant cette période, il créé des broderies avec ce qu’il trouve : un crochet fait à partir d’un bol plastique, des fils de couleurs issus de chaussettes, etc… Il finit par être respecté du milieu carcéral en échangeant des écussons et logos contre des cigarettes et du café.

Certaines de ces oeuvres sont envoyées à un marchand d’art de new York qui, malgré leur style naïf, les a tout de suite appréciées, permettant ainsi à Raymond Materson de figurer dans plusieurs expositions.

Illustrant tour à tour des sportifs célèbres, des représentations religieuses ou tout simplement des scènes de son quotidien, ses oeuvres sont des petits formats tenant dans la main et possédant jusqu’à 500 points par centimètre carré. Sa technique est basée sur la précision, la patience mais aussi la spontanéité.

Voici donc quelques oeuvres de Raymond Materson, artiste contemporain assez atypique se servant de la broderie pour exprimer son art :

 

Dalton Ghetti est un artiste brésilien, connu pour ses sculptures à base de mine de crayon.

Il  utilise comme outils des lames de rasoirs, des aiguilles à coudre, ou encore des scalpels de modélisme.

Pradeep Kumar (Inde) est sculpteur sur allumettes.


Ben Wilson (Grande-Bretagne), soucieux de récupération, peint, entre autres, les chewing-gum écrasés par terre.


Augustin Lesage, mineur,  peintre de miniatures sur grandes toiles, à l’appel d’une voix.

 

 

 

 

 

 

 

 

30. juin 2014 par Sakartonn
2 commentaires

(2) commentaires

  1. Moi, hélas, je n’ai toujours pas entendu la voix et, du coup, je ne produis rien du tout. Je suis impressionnée par la sculpture des mines de crayons !!!! La broderie aussi mais moins car j’ai pu voir le travail de Caroline Roussel qui, elle aussi, manie le crochet dans l’infiniment petit pour représenter des tableaux incroyables…. Mais, bien entendu, je reste bon public pour toute manifestation artistique, quelle qu’elle soit !!!

    • Moi non plus ,je n’ai pas encore entendu la voix….. 🙂
      Le brodeur était en prison, il a utilisé les fils de ses chaussettes….

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook
Facebook
Pinterest
Pinterest