Le parc de Bagatelle

Le parc de Bagatelle à Paris se situe dans le bois de Boulogne, à proximité de Neuilly-sur-Seine.

Le jardin était celui d’un « château », une « bagatelle » comparée à d’autres propriétés qui existaient alors de ce côté-là de la forêt. Il naît d’un pari fou entre Marie-Antoinette et son beau-frère, le comte d’Artois (futur Charles X) : faire émerger un lieu de villégiature en 2 mois. Confié à l’architecte François-Joseph Bélanger, celui-ci en dessine les plans en une nuit et c’est plus de neuf cents ouvriers qui vont travailler à sa réalisation. Le pavillon privé, appelé « folie » et destiné aux plaisirs et divertissements, surgit bien de terre en soixante-quatre jours. C’était en 1777. 

En 1835, le domaine est vendu à Lord Seymour marquis d’Herford (1800-1870) qui fait rehausser le château et doubler la surface des jardins (24 hectares). Le parc est redessiné « à l’anglaise » par le paysagiste Louis-Sulpice Varé (1803-1883). Héritier de Lord Seymour, Sir Richard Wallace (1818-1890) qui dote Paris des fameuses fontaines portant son nom, fait construire sur le côté de la cour une demeure baptisée Trianon. 

La Ville rachète le tout en 1905 et confie sa réhabilitation au conservateur du bois de Boulogne, Jean- Claude-Nicolas Forestier (1861-1930). 

Aujourd’hui plus de 30 jardiniers assurent la pérennité des collections horticoles et botaniques et travaillent à préserver la beauté de ce jardin.

Entrée libre et gratuite d’octobre à mars.

Un mur des rosiers grimpants et des clématites variées se déploie dans le jardin des présentateurs. Ce jardin est nommé ainsi, car il fut imaginé par Jean – Claude-Nicolas Forestier dès 1905 pour offrir aux horticulteurs un lieu de présentation de leur production, en échange de laquelle ils laissaient leur collection au jardin.

 Dotée de plus de 1200 variétés de roses, la roseraie est l’une des plus importantes et des plus anciennes de France. On la doit au conservateur du bois de Boulogne, Jean-Claude-Nicolas Forestier (1861-1930) qui est chargé par la Ville en 1905 de réhabiliter le jardin et y fait planter cette roseraie dont la renommée deviendra mondiale. Deux ans plus tard, il crée le Concours international de roses nouvelles, premier du genre. Depuis, chaque année, traditionnellement le troisième jeudi du mois de juin, il récompense les nouvelles variétés de rosiers.

Exposition d’aquarelles botaniques à l’Orangerie de Bagatelle : La Nature selon Marcel Proust. Un groupe de dessinateurs emmené par deux professionnelles Elisabeth Vitou et Ariane Mercier ont réalisé des dessins à partir des citations de l’écrivain sur le végétal. Cette exposition se poursuit en juillet, août et septembre à la galerie Couteron.

C’est la saison des mariages !
HISTOIRE… 

Eve VERNET a été la plus grande créatrice de roses. Aujourd’hui elle est au bord de la faillite, sur le point d’être rachetée par un concurrent puissant. Véra, sa fidèle secrétaire, croit trouver une solution en engageant trois employés en insertion sans aucune compétence horticole….Alors que quasiment tout les sépare, ils se lancent dans une aventure des plus singulières pour sauver la petite exploitation artisanale.  Une partie du film a été tournée dans la roseraie.

Les scènes se situant au parc de Bagatelle, dans le Bois de Boulogne, ont été les plus difficiles à tourner parce qu’elles nécessitaient beaucoup de figuration (environ cent personnes !). Pierre Pinaud raconte : “Ce parc, qui existe depuis le XVIIIème siècle, abrite depuis 113 ans le concours de roses le plus prestigieux du monde. Je voulais qu’on débute le tournage là, au cœur de cet endroit qui fait rêver les amateurs de roses du monde entier, pour mettre les comédiens dans le ‘jus’. Je n’ai pas tourné ces scènes pendant le concours, mais, pendant les repérages, j’avais pris quelques images, dont certaines ont été incluses dans le film. Comme on y voit de vrais membres du jury examiner et noter les roses, je les ai projetées aux comédiens qui ont pu ainsi s’inspirer de l’ambiance si particulière de ce concours.”

Please follow and like us:

2 réponses

  1. Zezette L dit :

    Merci de ce beau reportage sur Bagatelle où je passe de nombreuses matinées. J’y étais dimanche et j’ai pu admirer toutes ces ravissantes aquarelles illustrant Proust et la nature. Chaque visite de ce magnifique endroit est un enchantement. Quelle joie lorsque je peux observer des écureuils ou les hérons perchés sur le grand cèdre non loin de l’étang. Un jeune garçon m’a dit avoir vu un martin-pêcheur. A certaines périodes, nous pouvons admirer des canards mandarins. C’est notre oasis.

  2. Sakartonn dit :

    Merci pour votre commentaire. Vous avez beaucoup de chance d’en profiter aussi souvent, c’est un endroit merveilleux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.