Lectures d’août

Deux auteurs que j’aime beaucoup.

“Ferdinand vit seul dans sa grande ferme vide. Et ça ne le rend pas franchement joyeux. Un jour, après un violent orage, il passe chez sa voisine avec ses petits-fils et découvre que son toit est sur le point de s’effondrer. À l’évidence, elle n’a nulle part où aller. Très naturellement, les Lulus (6 et 8 ans) lui suggèrent de l’inviter à la ferme. L’idée le fait sourire. Mais ce n’est pas si simple, certaines choses se font, d’autres pas… Après une longue nuit de réflexion, il finit tout de même par aller la chercher. De fil en aiguille, la ferme va se remplir, s’agiter, recommencer à fonctionner. Un ami d’enfance devenu veuf, deux très vieilles dames affolées, des étudiants un peu paumés, un amour naissant, des animaux. Et puis, Paulette…”

J’ai adoré ce livre, une bouffée d’optimisme, un véritable bonheur….

” Le narrateur passe l’été en famille, avec sa femme et leurs jumelles de sept ans, dans leur maison normande au bord de la mer. II rencontre par hasard Alice, une vieille dame abrupte et bienveillante à la fois, volontiers malicieuse. Il lui rend visite à plusieurs reprises et une attente semble s’installer : l’homme est en vacances, vacant pour ainsi dire, intrigué et attiré malgré lui ; Alice a des choses à raconter, qu’elle n’a jamais pu dire à personne, des souvenirs qui n’attendaient que lui pour remonter à la surface et s’énoncer. Tout commence par un voyage à New York qu’elle a effectué dans sa jeunesse, en 1941, en compagnie de son père photographe et d’André Breton. Ensemble, ils ont approché les Indiens hopi d’Arizona, dont l’art et les croyances les ont fascinés. Dans l’or du temps plonge au plus intime de ses personnages par petites touches, l’air de rien. Hommage à la figure d’André Breton et à la culture sacrée des Indiens hopi, ce magnifique roman célèbre les rencontres exceptionnelles, celles qui bouleversent l’âme et modifient le cours des existences “

Quatrième livre que je lis de Claudie Gallay.

J’ai trouvé la relation entre les deux protagonistes peu crédible.

Traversant l’Arizona au même moment, j’ai bien imaginé les paysages décrits, coïncidence…

 “New York, fin des années 30, entre Grande Dépression et  Seconde Guerre mondiale, une ville qui se réinvente chaque jour., celle des grandes comédies américaines où des héroïnes sophistiquées et sarcastiques se lancent à la conquête des beaux quartiers sur un air de Gershwin…Katey (née Katya), la narratrice, dactylo dans un cabinet juridique, dissimule soigneusement ses origines (parents immigrés, Brooklyn). Elle a 25 ans, une intelligence redoutable, des nerfs d’acier, un esprit mordant et de l’ambition à revendre. Un soir de réveillon en compagnie de sa colocataire Eve, elle croise l’aristocratique Tinker Grey, un jeune et séduisant banquier qui n’est pas insensible à son charme. Mais le destin en décidera autrement. Responsable de l’accident de voiture qui a défiguré Eve, Tinker installe la blessée dans son luxueux appartement de Central Park.  Katey débute une brillante carrière aux éditions Condé Nast. Trente en plus tard, elle tombe sur deux portraits de Tinker dont on a perdu la trace, et se souvient de celui qui a changé son destin…”

Déçue, je m’attendais à un roman à la Fitzgerarld. Il y ressemble un peu…

 

28. août 2012 par Sakartonn
2 commentaires

(2) commentaires

  1. merci pour ces propositions.Un peu en panne ces jours ci je me fis à votre choix.bonne journée

  2. Moi aussi, j’ai adoré La “famille” de Paulette ! Ils sont tous très attachants !

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.