Technique des terres mêlées, nériage ou nerikomi

Découverte de la technique de nériage ou nerikomi sur le site de Yuko Kuramatsu Céramiques

A Paris, les créations sont en vente à la galerie Marguerite, 14 place du commerce, 75015 ; à Poitiers, à l’office de tourisme ou sur le net

@nerikomi.coupelle

En France, « nériage » est le terme le plus souvent employé. Ce mot vient du japonais, « neriage » traduit littéralement : « pétrir-finir ». Il y a aussi le terme « nerikomi », qui parle également du travail de mélange de terres colorées comme le nériage. Nerikomi veut dire « pétrir-mettre ». La distinction de ces mots n’est pas stricte, mais nous constatons souvent que les pièces tournées au tour sont appelées plutôt les nériages, tandis que les pièces modelées à la main portent le titre de nerikomi.

Dans la technique des terres mêlées ou nériage, le graphisme et la coloration ne sont pas superficiels mais noyés dans la masse de l’argile. Cette technique a été mise au point par les potiers chinois entre le VIe et le VIIIe siècle. Elle a été utilisée en Chine mais aussi en Égypte et par les Romains. En Europe, au XVIIIe siècle, des potiers français et anglais eurent l’idée de juxtaposer des terres argileuses de différentes couleurs pour imiter le marbre et l’agate.

On utilise des terres de couleurs différentes que l’on mêle plus ou moins pour composer le dessin et l’agencement de couleurs souhaité. On assemble des bandes, des plaques ou des morceaux d’argile colorée.

source et source

14. juillet 2021 par Sakartonn
Catégories: Artistes, Céramiques | Tags: , , , , | 1 commentaire

Un commentaire

    Laisser un commentaire

    Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.